Musée du Poste de Commandement des Batteries de Crisbecq

 

 

"Le Grand Blockhaus de Utah Beach"

 

Le Poste de Commandement est le point central et l'ouvrage majeur (10 pièces, 4 niveaux) des Batteries de Crisbecq constituées à l'origine d'environ 34 constructions bétonnées dont une partie de celles-ci reste toujours abandonnée dans les pairies avoisinantes.

 

Il entre dans la catégorie des grands postes de tir et d'observation des batteries côtières allemandes du Mur de l'Atlantique avec le Grand Bunker de Ouistréam, le Grand Blockhaus de Batz sur mer et celui de la pointe St. Mathieu à Brest, aujourd'hui restaurés et visitables en France.

 

Ouvrage unique, il est l'un des rares "Sonderkonstruktion" des plages du débarquement.


Pris le 12 juin 1944 après 6 jours de combat avec la 4ème ID US (22nd Infantry / 1st Battalion)

Photo du 3ème niveau, les 2 principaux sont enterrés et non visibles de l'extérieur

 

Après 72 ans d'oubli vous pouvez enfin découvrir l'intérieur du Poste de commandement des Batteries de Crisbecq dont l'histoire a inspiré l'une des plus célèbres scènes du film "Le jour le plus long", lorsque de leur poste d'observation les allemands aperçoivent l'arrivée des bateaux alliés à l'aube du 6 juin, mais dont Hollywood avait dénaturé la réalité pour les commodités du film.

 

Vue du troisième niveau : Poste de tir supérieur

 

 

 

Photo du site en 1944 à l'arrivée des américains  Impressionnante trace du bombardement : cratère de 5 mètres de profondeur sur 15 de large, laissé par une bombe de 1 tonne

 

 

 

 

 

 

 

(Archives départementales de la Manche : 13 Num 4566)


Ce poste de commandement situé au centre de la batterie de Crisbecq résistera durant plus de 6 jours et finira par céder aux multiples assauts du 22nd Infantry Regiment de la 4th Infantry Division, avant l'arrivée de la 90th ID le 12 juin au matin, ouvrant définitivement la route vers Montebourg, Valognes et enfin Cherbourg qui capitulera à la fin du mois.



Dernier vestige historique des plages du débarquement maintenant restauré.

 

Sur les 80 kilomètres des plages du débarquement, seuls trois des quatre postes de commandement et de tir des batteries allemandes étaient visitables jusqu'à présent (Le Grand bunker à Ouistréham, Longues sur Mer et La Pointe du Hoc), il ne manquait que celui de Crisbecq.

 

Découvrez l'histoire des canons de Utah Beach durant une visite guidée de l'intérieur du Poste de Commandement enterré des batteries de Crisbecq, constitué de 10 pièces et d'une tourelle anti-aérienne réparties sur 4 niveaux, rare à avoir été équipé en 1943 d'une coupole blindée périscopique.

 

Dynamité à 7 reprises par les Américains en aout 1944, cet ancien centre de commandement est resté abandonné et inaccessible depuis 1944, en particulier pour les salles du sous-sol qui étaient totalement inondées depuis 72 ans.

 

Chaque pièce révèle une partie de l'histoire du débarquement, de la construction de la batterie à sa destruction en aout 1944 par les américains. 

 

De l'intérieur de la salle du le poste d'observation et de tir vous pourrez revivre l'arrivée des navires alliés à l'aube du 6 juin 1944 ainsi que l'histoire qui a inspiré l'une des plus célèbres scènes du film "Le Jour le plus long" (que vous reconnaitrez immédiatement).

 

C'est le seul poste d'observation qui a eu un véritable rôle opérationnel lors du débarquement, sur l'ensemble des plages Anglaises et Américaines.

 

En effet il fût le dernier bastion du Mur de l'Atlantique encore en action au soir du 11 juin 1944 alors qu'il avait engagé les combats le 6 juin dès 1 heure 30 du matin.

 

Sur plus de 12.000 blockhaus construits sur tout le Mur de l'Atlantique pour faire face à un éventuel débarquement des Alliés, le poste de commandement de la batterie "Marcouf" a été le seul à avoir rempli son rôle sur ce mur de l'impossible, tenu 6 jours durant par le commandant de la batterie, Walter Ohmsen.

 

Il a reçu par deux fois la visite du maréchal Rommel lors des travaux de construction du Mur de l'Atlantique.

 

Il a combattu les premiers parachutistes Américains dès 1h30 du matin le 6.6.44, et a fait face aux multiples attaques maritimes, aériennes et terrestres pendant les 6 jours de combats.

 


Historique du Musée :

 - Créé et géré par le Département de la Manche en 1984 sur le site du Poste de Commandement des batteries, le "Musée des Batteries de Crisbecq" a été ouvert pour sortir cette ancienne position allemande de l'oubli.

 

Situé idéalement au centre des batteries, le "Musée des Batteries de Crisbecq" offrait un point de vue panoramique extérieur aux visiteurs sur l'ensemble des 10 hectares de cette ancienne position allemande, ainsi que sur les plages qu'elle protégeait.

 

 - Devenu privé depuis 2014, sous la dénomination du "Musée du Poste de Commandement des Batteries de Crisbecq", il a fait l'objet d'important travaux de remise en état et de reconstitution des 4 niveaux qui le composent et est maintenant enfin visitable de l'intérieur.

 

 Aujourd'hui  Dédié aux forces Américaines libératrices , le site a été rééquipé exclusivement de mannequins américains, dernières troupes à avoir occupé ce poste de commandement allemand pendant la guerre.

 

Aujourd'hui ré-ouvert, ce site historique est devenu un lieu incontournable de la découverte des plages du débarquement en Normandie et du sacrifice de nos LIBERATEURS.

 

Suivant un principe inédit et unique en Normandie sur les plages du Débarquement, le visiteur circule librement au coeur du bunker, au milieu des équipements et objets d'époque qu'il a la possibilité de photographier et de toucher, en dehors de tout parcours balisé et de toute vitrine, ce qui le plonge directement dans l'atmosphère de juin 1944.

 

Une visite de 45 mm environ vous permettra d'accéder à des salles obstruées depuis plus de 70 ans et remises dans leur état de l'été 1944.


Quelques photos : "hier et aujourd'hui"

Nouveau 20 mm FLAK du Poste de Commandement de la Batterie de Crisbecq installé après le bombardement d'avril 1944


Traces du bombardement d'avril 1944 - Photos prises lors de la réception du nouveau 20 mm FLAK en mai 1944







Dernier obus de 210 mm SKODA visible en France. Resté sur la batterie de Crisbecq à la fin des combats et de retour sur le site en 2018.
En comparaison : à gauche, un 20 mm FLAK et à droite un 155mm classique des batteries allemandes sur les plages du débarquement.